Quel est le cours de bourse ?

Les volumes sont l’un des indicateurs dont vous avez besoin à tout prix pour savoir comprendre et analyser afin de prendre rapidement de bonnes décisions en bourse. Pour certains analystes, les volumes sont leur seul indicateur pour prendre leurs décisions d’achat et de vente. Dans l’analyse de vos actions, matières premières, indices ou autres, ce sont toujours les volumes qui vous indiqueront si votre analyse est valide et pertinente.

Ainsi, la ventilation d’une figure, d’une résistance ou d’un support cartistique n’est validée qu’en présence de volumes.

Lire également : Quels trackers pour 2021 ?

Quels sont donc les gros volumes ?

Lorsque vous regardez votre graphique, c’est simplement l’apparition d’un pic de volume qui se distingue par rapport aux autres volumes. Cela est encore plus visible sur un graphique hebdomadaire. Un volume élevé est généralement le volume normal d’un jour, en moyenne, multiplié par deux, trois ou beaucoup plus, de sorte que ce pic de volume peut être classé comme anormal par rapport aux volumes habituels du titre.

Voici un graphique qui permet de se concentrer sur ce qui était essentiel : le nom de l’entreprise, les niveaux de prix et d’autres indicateurs.

A lire en complément : Comment acheter des actions au Québec ?

Alors, comment interpréter ces volumes ?

Si vous partez de 2007 au début de 2009, nous nous rendons compte qu’il y a soudainement un redressement des volumes et que les prix augmentent rapidement . Ces pics s’évanouissent très rapidement et le titre revient au point de départ.

Que devrait-il conclure ?

Vous êtes dans un titre spéculatif, où rien ne donne une tendance claire, et où le titre est pris en main par des opérateurs qui profitent de la création d’un mouvement de masse avec de grands ordres pour faire sauter le cap. Ainsi, en même temps, cela se produit rapidement presque en tant qu’acheteurs et en plus de vendeurs, il y a un déséquilibre entre l’offre et la demande, le prix est en vol mais éphémère. Les pics de volume sont équivalents à des pics de volatilité d’un titre, et il y a des spéculations. Les volumes dans ce cas ne montrent pas que le titre est digne d’être acheté, mais seulement qu’il y a spéculation et qu’il s’agit d’un titre, donc dangereux et très volatil .

Maintenant, depuis le printemps 2009, que se passe-t-il dans ce titre ?

Les volumes quotidiens sont plus nombreux fourni qu’auparavant, mais surtout les pics de volume ne créent pas de pics de prix. Au contraire, les prix semblent limités à des espaces restreints malgré des pics de volume similaires qui ont entraîné des augmentations vertigineuses dans le passé.

Que conclure avec elle ?

Ce titre perd son attribut spéculatif, l’offre et la demande sont parfaitement équilibrées malgré les volumes importants. Les volumes deviennent alors un outil pertinent pour déchiffrer la tendance des titres . Il atteint simplement des sommets sans qu’un titre s’envole témoigne que le titre reste dans un cours qui permet à certains d’accumuler la valeur progressivement. Par conséquent, la valeur n’est plus achetée par spéculation et à court terme, mais dans une perspective à plus long terme. Ensuite, les opérateurs jouent le avenir de la société. Lors de l’accumulation de valeurs, il est intéressant d’observer la flottation du titre en question.

Quelle est la flottation d’une action : c’est simplement le nombre d’actions en attente auprès du public. Plus ce flotteur est petit, moins il aura de titres en circulation et risque d’être négociés sur le marché. S’il y a accumulation, il y a de moins en moins de titres en vente, et certainement plus chers, puisque les actions deviennent rares et que tout ce qui est rare coûte cher .

l’accumulation d’une valeur est longue, plus la rupture de la résistance importante est susceptible de créer un signe fort d’achat et de Plus faire progresser considérablement le titre en raison d’un flotteur limité à la suite de cette accumulation.

Un autre exemple de valeur avec beaucoup plus de volumes quotidiens.

Que pouvez-vous conclure de ce graphique et des volumes ?

Au cours de l’analyse, vous percevez un triangle ascendant en formation. Le rendement des prix en juillet au-dessus des moyennes mobiles en volumes accrus, ce qui constitue un premier signe pour valider l’inversion de la tendance des titres .

La résistance d’environ 4,80 euros est une résistance majeure, testée plusieurs fois dans le passé et à nouveau début septembre.

La rupture haussière avec l’écart et les volumes records valident cette inversion totale de la tendance et confirme ce premier signe de l’achat de juillet.

Suite à cette décomposition en force , les cours sont consolidés après être tombés sur 6,41,

Qu’est-ce qui vous fait dire que la consolidation est saine et non en hausse spéculative à court terme ?

Les volumes durant cette consolidation. Si vous étiez dans une phase spéculative, les bougies précédant la forte volatilité des prix seraient presque toutes aussi élevées que la première, de nombreux traders y négocieraient des titres.

Mais nous notons ici que, d’une part, la consolidation se fait sur la résistance précédente de 5 euros, mais en volumes limités, il s’agit d’une consolidation de l’accumulation. Ceux qui ont raté le premier train de l’ascension reviennent attaquer le second .

Et les volumes sont en mesure de valider ce deuxième signal d’augmentation avec un nouveau pic pendant la pause de 6,40 euros.

Et puisque les volumes continuent de s’épanouir sans consolidation, ce qui montre que la valeur est entre les mains de ceux qui vont encore et encore aux personnes qui accumulent le titre pour une nouvelle dynamique ascendante. Le titre est déjà suracheté.

La prochaine fois que le prix d’un actif brise une résistance perçue dans l’analyse et ne présente pas de volumes supérieurs à la normale, il peut en fait s’agir d’une fausse défaillance, avec de faibles volumes invalidant la sortie. Vous aurez certainement une bougie doji, un pendentif ou une étoile filante, dont nous discuterons sous peu.

Comprendre les volumes

Voici un résumé des lectures sur le sujet. Cela vient de trois livres : WEINSTEIN (connu de tous…), Alexander ELDER (vivant sur le commerce) et François BARON (chartics).

En bourse, les transactions entre acheteurs et vendeurs sont représentées par le volume d’activité. Chaque fois qu’il y a un achat, on peut également considérer qu’il y a eu une vente. Les volumes quotidiens représentent le nombre de contrats ou d’actions négociés par jour. Il en va de même en mois et chaque année ou en toute unité de temps utilisée.

Chaque fois, des deux côtés de la barrière commerciale, il y a un haussier contre un transporteur/vader. Le haussier est intimement convaincu que le prix augmentera et achètera donc, en même temps le transporteur/ador croit qu’il va baisser et donc abandonner son titre ou réduire en achetant à court terme. Tout cela se fait des millions de fois par jour sur tous les échanges mondiaux. Mais seulement la moitié d’entre eux ont raison, que ce soit à court terme, à moyen terme ou à long terme.

Mais pourquoi alors ?

Si le cours boursier augmente, le haussier devient le gagnant de cette transaction et le perdant baissier. Si le cours du marché boursier baisse, c’est exactement ce que contraire. Et le perdant va être blessé parce qu’il a perdu de l’argent. C’est ainsi qu’il a théorisé les volumes Alexander ELDER.

C’est l’engagement émotionnel de la transaction qui suscitera du plaisir chez les gagnants mais de la douleur chez les perdants. En fait, il y a transfert de capital de l’un à l’autre et il existe une relation de causalité directe entre ces deux phrases. Il y a deux façons de souffrir brutalement ou si graduellement que l’on ne ressent pas la douleur et c’est seulement brutalement que la douleur vous embrasse.

fable de fontaine ; Imaginez que les compagnons sont des grenouilles et devant eux il y a un récipient contenant de l’eau chaude, c’est le marché qui tend les bras et dit : « Venez, venez faire de l’argent facile, faites-moi confiance en capital et je ferai le reste. » Donc, à votre avis, que font ces grenouilles, sont-elles libérées sur le marché, dans l’eau chaude ? a) s’il est en ébullition, ils s’éteindront pendant qu’ils crient, b) s’il ne fait pas trop chaud, ils s’endorment doucement, mais la température augmentera doucement. Dans un avec le temps, l’adaptabilité physiologique de l’animal sera surmontée et comprendra qu’il brûle et finira par quitter le marché. C’est cette image d’Épinal qui, selon cet ancien psychiatre, est responsable des volumes.

A) c’est quand le marché recule rapidement par rapport à ce que l’investisseur croyait et se ressent donc rapidement, dégoûté. Le b) est plus impitoyable, le marché va à l’encontre de ce qui était prévu mais plus lentement. L’investisseur s’accroche à ses actions mais quand la perte est énorme, ça fait beaucoup mal, ça brûle et les rend sur le marché beaucoup moins cher qu’il ne les a achetées. Il sort du marché aussi bouleversé que si c’était arrivé). Le porte-monnaie gagne de l’argent des gagnants, car le marché a retiré les poches des perdants et, de la manière, il y avait aussi des frais d’exécution et des spreads de transaction. Tout le monde est fait croire que la bourse est faite pour gagner de l’argent et attirer constamment les perdants. En fait, sinon il y a plus de perdants, il n’y a plus de gagnant et abandonne donc la bourse. Cette autocuiseur remplie d’eau chaude a besoin d’un brasero, de bûches qui ne brûlent qu’avec de l’oxygène et ce sont les perdants qui alimenteront constamment ce feu. Sur les marchés, vous pouvez être haussier ou baissier et nous finirons par être des gagnants ou des perdants. Il y a donc quatre chances : victoire haussière, perdant haussier, vainqueur baissier baissier.

Application aux graphiques

Pour qu’une tendance haussière soit saine et stable, mais également de la même manière pour une tendance baissière, le feu doit être régulièrement alimenté en oxygène. En fait, ce sont les nouveaux perdants qui entrent dans la danse pour remplacer les perdants qui sont contrariés d’avoir perdu de l’argent là-bas alors qu’ils pensaient gagner. Le feu ronronne à mesure que de plus en plus de perdants entrent, les volumes augmentent et augmentent la prix. Ce sont les futurs perdants qui ne prendront pas leur PV lorsque le parcours tombe ou qui ne veulent pas vendre lorsque le cours se retournera contre eux tout de suite. Le même raisonnement pour une tendance baissière saine. De nouveaux perdants viennent remplacer le rebord et faire des volumes qui augmentent progressivement à mesure que le parcours se libère calmement.

Une tendance haussière saine s’accompagne d’une augmentation concomitante et progressive des volumes. Au départ, le plus souvent, c’est une forte augmentation des volumes qui a brisé une résistance et conduit à une phase II. Voici la broche WEINSTEIN…

Il faut être prudent lorsque l’on a une augmentation sans volume ou des volumes élevés sans grossissement.

Une augmentation sans volumes ;

C’est comme un oiseau sans plumes et finira par éclabousser dans la mer.

Deux cas spéciaux ; — si de nouveaux sommets de tous les temps sont atteints, il n’y a pas de vendeurs au-dessus de nos têtes pour nous vendre leurs titres, pour qui est la pénurie de titres qui entraîne une hausse des prix mais avec peu de volume. — Hauts.

Volumes élevés sans augmentation

s’expliquent par l’entrée baissière beaucoup plus tôt et dégoûtée, les taureaux prennent leur valeur ajoutée et/ou les traders qui jouent des shorts sont les Vadeurs. La pression des ventes augmente fortement est absorbée par les futurs perdants haussiers qui continuent d’agir, attirés par l’appât des gains de cette phase haussière, nos célèbres nouveaux perdants d’OXYGEN. C’est l’absorption de la première par seconde qui entraîne initialement la stagnation du cours. Lorsque les taureaux perdent de la force, nous devons craindre le changement.

En fait, lors d’une tendance haussière lorsque le prix baisse, il s’agit d’une consolidation qui ne remet pas en question l’élan haussier ; il s’agit de profits avec une faible baisse des prix en faibles volumes.

Sinon, il s’agit de la distribution par absorption des valeurs dans un une fourchette de négociation ou un chiffre d’échange avec une volatilité croissante.

Deux cas spéciaux ; — panique haussière ; simultanément, il y a une explosion de volumes et de prix, des arbres qui apparaissent dans le ciel, attention à devenir baissier. — le dessus double ou triple d’une résistance qui est la ligne du cou. Pendant les phases de montée, si les volumes présentent un faible risque de renversement.

Une tendance baissière saine s’accompagne d’une augmentation concomitante et progressive des volumes.

Il est absolument nécessaire de noter que la différence fondamentale entre la tendance haussière est à la baisse en termes de volumes. Lorsqu’une valeur n’est plus recherchée, il y a peu d’acheteurs, le prix peut baisser très rapidement sans gros volumes : c’est la gravité du marché, « les actions tombent en dessous de leur propre poids ». On peut aussi dire qu’à la bourse, on monte les escaliers mais descend l’ascenseur.

Pour pour baisser un titre, il faut peu de volume pour rompre un support afin de valider la poursuite de cette chute. Les rares acheteurs entraînent une faiblesse de la pression des acheteurs. Cela pousse les vendeurs à distiller progressivement leurs actions pour éviter une chute s’ils mettent brutalement toutes leurs actions sur le marché (zinzins). Par conséquent, la chute peut être longue et significative.

Il peut avoir plusieurs résultats

Soudain, vous pourriez avoir une vente (c’est la contrepartie de la panique haussière) qui marque la capitulation des taureaux mais aussi la fin du déclin. En fait, les arbres ne montent pas vers le ciel, mais leurs racines ne vont pas au centre de la terre.

Quatre caractéristiques de cette panique baissière : une forte baisse des prix (angulation par rapport à la verticale), des volumes très élevés, des bas majeurs ou de nouveaux bas et une volatilité accrue.

Le marché peut exploser avec un rebond technique. L’augmentation est sera réalisé en petits volumes, car il y a peu de titres sur le marché qui ont été épuisés. Nous pouvons revenir à un nouveau bac à eau, si les volumes sont faibles, vous pouvez vous attendre à un renversement haussier. Ce déplacement peut être effectué à un volume faible car il y a peu de valeurs à échanger. Après une vente, la baisse de volume est un argument de basculement.

Dans une tendance baissière saine, la consolidation est conçue avec de faibles volumes. En face dans un retracement, après avoir croisé la résistance à de grands volumes, ils se calment.

Inversion haussière ; après une phase de déclin assez longue, on entre dans une zone basse, l’autre se trouve dans une plage de négociation de la phase I de WEINSTEIN, s’il y a des volumes, nous sommes en phase d’accumulation. Les nouveaux investisseurs achètent leurs titres à des investisseurs fatigués de leur ancienneté en valeur. Ces nouveaux arrivants sont fondamentalement haussiers et ne veulent pas lâcher leurs actions. C’est la base future d’un investissement haussier, mais qui peut prendre beaucoup de temps.

Revenir à l’oxygène

Si l’apport en oxygène est perturbé, que se passe-t-il ? S’il y a moins d’oxygène, le feu peut se noyer. Les nouveaux perdants se disent qu’ils ne veulent pas entrer dans l’herbe, que les volumes diminuent, ce qui signifie que l’état mental a changé et que, par conséquent, il y a un changement dans l’air. L’augmentation revient à la baisse à mesure que le nombre de taureaux diminue, car ils ne veulent plus entrer dans le titre. La baisse revient à la hausse, car il y a moins de gens qui pensent qu’il va baisser, devenir haussier et donc changer d’avis d’abord, puis la tendance.

S’il y a trop d’oxygène, c’est-à-dire que si les volumes augmentent, c’est parce que de nombreux perdants sortent. À la hausse, les transporteurs sortent du jeu et les taureaux reviennent à portée de main et le prix augmente. À l’inconvénient, les perdants sont fatigués de se brûler les mains et de sortir massivement. On les appelle des mains fragiles, les taureaux achètent leurs valeurs, ils font du volume et augmentent le prix par rapport aux perdants qui se demandent « mais pourquoi ai-je vendu maintenant, revenez en arrière… »

Dans la fourchette de trading, les prix ronronrontent tranquillement lorsqu’il s’agit de résistance et de support de type. Il y a très peu de douleur et donc peu d’activité en volume. On dirait que ça ne va jamais se terminer. S’il y a une pause, elle est généralement associée à une poussée de volume car ce sont les perdants qui sortent. Ils sont fatigués de penser qu’ils perdent leur temps à cette valeur qui ne fait rien. Si nous rompons la résistance et que les volumes continuent, nous connaissons le début d’une tendance haussière. Selon WEINSTEIN, une baisse de 75 % des cas et une absence dans 25 % des cas. S’il y a peu de volume, la méfiance est probablement une simple racaille qui va traverser la résistance puis traverser le support. retour à la fourchette de trading.

Il faut se rappeler que WEINSTEIN commence par un V pour VOLUMES, que ce volume rime avec la douleur des perdants. Les volumes élevés renforcent les tendances et les faibles volumes les renvoient.

Ils peuvent être tracés à l’œil nu sur votre histogramme, à l’aide d’une moyenne mobile exponentielle de 5 jours et tracez des lignes de tendance statiques ou dynamiques pour comparer des augmentations volumétriques ou des régression basées sur des sommets ou des sommets.

Que signifient beaucoup de volumes d’un titre ou non ?

WEINSTEIN a raisonné le devis de clôture et hebdomadaire. > 50 % de volumes en plus par semaine, par rapport à la moyenne des quatre semaines précédentes ou s’il y a un volume de masse maximal, la moyenne des quatre dernières semaines est supérieure à 50 % par rapport à la moyenne des quatre autres semaines précédentes.

Pour Alexander ELDER, il augmente de plus de 25 %, quelle que soit l’unité de temps utilisée en comparaison avec la moyenne de deux unités de temps précédentes et < 25 % pour les faibles volumes.

Show Buttons
Hide Buttons