Assurance habitation : attention aux surfaces à déclarer !

Une assurance habitation est utile pour vous couvrir en cas de sinistre. Cependant, il est important de déclarer les bonnes surfaces afin de ne pas payer un surcoût dans la couverture. Lorsque vous ne déclarez pas toutes les surfaces, votre assureur ne pourra tenir compte que de celles déclarées pour un potentiel remboursement. Si vous comptez souscrire une assurance habitation, voici les surfaces à déclarer.

Assurance habitation : quelle est l’utilité de déclarer les surfaces ?

Lorsque vous souscrivez une assurance habitation, celle-ci doit couvrir votre domicile. Cependant, ce n’est pas toute la surface de la maison qui est couverte, d’où le besoin de déclarer la surface habitable. Selon chaque assureur, la définition de l’espace de vie ou de la surface habitable peut varier légèrement.

Lire également : Comment calculer le coût d'une assurance dommage ouvrage ?

Il faut donc savoir comment vous y prendre pour déclarer les surfaces dans votre logement. En effet, le montant à consacrer à l’assurance habitation en dépend. Lorsque vous minorez la surface, la couverture et son coût seront moindres.

Dans le cas contraire, une surestimation de la superficie augmentera le coût de la couverture. Il est donc utile de bien estimer les surfaces à couvrir pour payer le prix juste et profiter d’une couverture sur mesure.

A lire également : Quelle assurance habitation choisir quand on a été résilié ?

Quelles sont les surfaces à déclarer dans votre logement ?

Au cas où vous ne le sauriez pas, toutes les surfaces de votre logement ne sont pas à déclarer. Si vous vous demandez celles qui doivent l’être, les modalités varient selon les assureurs. Toutefois, la majorité s’accorde sur le fait qu’une pièce de 9 m2 au minimum et de 30 m2 au maximum devra être déclarée pour votre assurance habitation.

Cependant, certains assureurs fixent la surface minimum à 6 m2 contre 40 m2 comme surface maximale. Dans l’un ou l’autre des cas, la hauteur sous le plafond est un critère à prendre en compte également. Elle doit être de 1,80 m.

En effet, ces différentes fourchettes excluent systématiquement certaines pièces du processus de déclaration. C’est le cas par exemple du dressing, de votre couloir, d’un rangement, du balcon, de la terrasse, etc. De même, les superficies des pièces d’eau ne sont pas à déclarer. Ainsi, votre douche, la salle de bain et la cuisine ne doivent pas être déclarées.

Les pièces ne faisant pas partie de l’espace à vivre : qu’en est-il ?

assurance habitation

Dans de nombreux cas, il y a des pièces qui sont intégrées au logement, mais qui ne constituent pas des espaces à vivre. On retrouve dans cette catégorie, le garage, le grenier, le sous-sol, la buanderie et le cellier. La surface de ces pièces ne sera pas à déclarer dans votre contrat d’assurance habitation.

Lorsque vous avez des dépendances, différentes modalités s’appliquent. En effet, une dépendance est une pièce dissociée du logement. Elle ne communique pas directement avec celui-ci. C’est le cas d’un abri de jardin ou d’un hangar. Ici, les modalités de couverture sont diverses.

Ainsi, le contrat de base peut proposer une couverture systématique de ces pièces. En outre, certains assureurs peuvent proposer une couverture optionnelle. Dans ce cas en particulier, vous devez choisir les pièces à couvrir. Cela permet de réduire le coût de l’assurance habitation.

Par ailleurs, vous devez vous assurer que les dépendances sont couvertes par des garanties de base. Si vous vous dites qu’il n’est pas utile de couvrir vos dépendances, ce n’est pas une bonne idée. En effet, lorsque ces dernières causeront un dégât aux voisins, vous devez y faire face tout seul. Inutile de rappeler que les coûts de réparation peuvent être conséquents.

Qu’en est-il des pièces de plus de 30 ou 40 m2 ?

Comme évoqué plus haut, certains assureurs fixent la surface maximale à 30 contre 40 m2 pour d’autres. Toutefois, il n’est pas rare de voir des pièces qui excèdent ces superficies. Dans ces cas en particulier, la surface à déclarer compte pour double lorsqu’elle excède la limite fixée.

Dans le cas où la limite de la superficie autorisée serait de 30 m2, avec une pièce de 31 m2, on considérera une surface de 60 m2 (30 x 2). Dans le second cas, lorsque la surface est de 41 m2, on considérera 80 m2 (40 x 2) dans les estimations.

Il est donc nécessaire de tenir compte de ces possibilités avant d’effectuer des travaux pouvant augmenter votre superficie habitable.