Comment acheter sur Interencheres ?

Guide des enchères les 10 choses que vous devez savoir

Le monde des salles de vente vous effrait-il ? Avec nos quelques conseils, vous pourrez enchérir en toute sérénité et à égalité avec les passionnés les plus expérimentés. Frank Puaux répond aux 10 questions les plus fréquemment posées

Lire également : Comment débuter le trading forex ?

1. Peut-on savoir qui est le vendeur ?

2. L’ authenticité est-elle garantie ?

A découvrir également : Quel est le cours de bourse ?

3. Puis-je changer d’avis après la vente ?

4. Est-il essentiel de se rendre sur le site ?

5. Quels sont les frais supplémentaires ?

6. Suis-je sûr d’ acheter au « juste prix » ?

7. Comment savoir si l’œuvre est vendue ?

8. Comment puis-je connaître le classement d’un artiste ?

9. Quels sont les abus les plus récurrents ?

10. Quelles sont mes ressources ?

À propos de l’auteur : Frank Puaux

Diplômé de commissaire-priseur en 2012, j’ai pratiqué quatre ans dans le sud de la France avant de lancer la Galerie Le Collector Moderne et l’agence Art Storyteller.

Je travaille comme conseiller auprès des vendeurs et des acheteurs d’œuvres d’art et je propose des services d’inventaire et d’estimation sur les budgets.

1. POUVONS-NOUS SAVOIR QUI EST LE VENDEUR ?

Le la maison d’enchères ne possède presque jamais les œuvres qu’elle propose à la vente : une réforme législative des ventes aux enchères constitue une exception à ce principe général, mais si le commissaire-priseur ou l’un de ses employés est le vendeur, cela devrait être publié sans équivoque dans la publicité.

Le commissaire-priseur agit en tant qu’agent entre un vendeur et un acheteur et il est interdit de divulguer son identité sauf accord expresse (par exemple, vente d’une collection prestigieuse) ou conformément à la loi (par exemple, vente d’une collection prestigieuse). système judiciaire d’une entreprise).

2. EST-CE QUE L’AUTHENTICITÉ DE L’ŒUVRE EST GARANTIE ?

L’opérateur commercial et, le cas échéant, l’expert qui vous a aidé dans la préparation de la vente seront responsables des informations qu’ils contiennent dans le catalogue. Cependant, attention : la loi prévoit que ces informations peuvent être modifiées jusqu’au dernier moment et, en particulier, oralement pendant la vente.Les entrées des catalogues (« attribuées à »/« school of »/« after » /etc.) sont strictement codifiées par décret du 3 mars 1981. L’indication du nom ou de la période de l’auteur sans clarification supplémentaire signifie que l’authenticité de l’œuvre est garantie. Ce la responsabilité offre une grande sécurité à l’acheteur, qui peut annuler la vente plus tard s’il apprend qu’il s’agit d’une copie fausse ou tardive. Cependant, il est important de noter que l’authenticité en matière artistique n’est pas une science absolue et que les opinions d’experts peuvent diverger et évoluer au fil du temps.

3. EST-CE QUE JE PEUX CHANGER D’AVIS APRÈS LA VENTE ?

La loi sur les enchères est largement abrogée du droit commun de vente et, en particulier, du droit de la consommation. Par conséquent, il suffit que le commissaire-priseur prononce le mot « attribué » pour s’assurer que le transfert de biens est efficace et que le prix est dû par la personne qui a levé la main pour la dernière fois. Sauf en cas d’erreur manifeste (qui doit être immédiatement signalée), nous ne pouvons donc pas revenir en arrière ! Le droit de rétractation qui protège généralement le consommateur ne s’applique pas aux enchères et il n’y a absolument aucun droit. aucune possibilité de renégocier le prix après la vente.

Toutefois, si l’acheteur refuse de payer, le mécanisme d’ « offre folle » est prévu pour le sanctionner. Il permet au commissaire-priseur de représenter l’actif et de placer la différence de prix sur l’acheteur non exécuté.

C’est pour cette raison que les maisons de vente prennent le maximum d’informations sur les acheteurs qui soumettent des « bons de commande », c’est-à-dire des propositions d’achat à distance.

4. EST-CE ESSENTIEL D’Y ARRIVER ?

Il existe de plus en plus de façons de magasiner à distance :

-> Enchères sur Internet (Interencheres Live, Drouot Live, Enchères, Inestimable… ),

-> enchère téléphonique (à partir de certains montants en général),

-> par « ordre ferme » : le commissaire-priseur ou ses participants enchèissent en votre nom, jusqu’à un certain montant que vous définissez et jusqu’aux autres enchères.

Cependant, nous recommandons aux passionnés de se rendre à l’exposition publique pour voir l’état de conservation de les œuvres. En fait, le catalogue se limite à signaler les accidents les plus flagrants et certaines expressions peuvent susciter des doutes (« accidents » ou « en l’état »). Si vous ne pouvez pas visiter l’exposition, le personnel de la salle de vente peut vous contacter par téléphone ou vous envoyer des photos supplémentaires.

5. QUELS SONT LES COÛTS SUPPLÉMENTAIRES ?

Il est essentiel de consulter les Conditions Générales de Vente car elles sont différentes partout. Toutefois, les coûts sont obligatoirement retirés oralement au début de la vente aux enchères. Les montants des enchères n’incluent pas les « honoraires d’acheteur » et sont exprimés sans impôt (TVA de 20 % sur les honoraires ou 5,5 % pour les livres) : il s’agit de frais proportionnels qui correspondent à la rémunération du vendeur et varient généralement de 15 à 30 %. Certaines maisons de vente proposent des tarifs décroissants basés sur le « prix marteau ».

Des frais peuvent être ajoutés en sus de la facture si vous souhaitez que l’illustration soit livrée (frais d’expédition) ou si elle est retardée dans la prise en charge après vente (frais de protection).

6. EST-CE QUE JE SUIS SÛR D’ACHETER AU « JUSTE PRIX » ?

La vente aux enchères offre un environnement de compétition pur et parfait : les passionnés ont les mêmes informations et peuvent acheter librement. Par conséquent, l’estimation donnée par le catalogue est indicative, car c’est le marché qui détermine le prix. La fourchette inférieure estimée correspond peu au prix, mais il n’est pas rare de voir le dessus de la fourche pulvérisé le jour de la vente. Par conséquent, vous êtes seul responsable du prix que vous choisissez d’offrir de loin. Certains prix peuvent parfois être disproportionnés, et il est possible de payer un travail à un prix excessif si, comme vous, un autre soumissionnaire est prêt à acheter au-dessus du prix du marché. Par conséquent, il est raisonnable de penser à l’avance combien vous serez prêt à partir.

7. COMMENT SAVOIR SI L’ŒUVRE A ÉTÉ VENDUE ?

Ce n’est pas le coup de marteau, mais seulement le mot « primé », ce qui signifie qu’il s’est vendu beaucoup. Un simple coup de marteau peut signifier que l’œuvre a été « retirée au nom du vendeur ». Le commissaire-priseur établit le plus souvent avec son vendeur un « prix de réserve » en dessous duquel il s’engage à ne pas vendre la chambre : le « retrait » si ce montant n’est pas atteint, mais s’abstient généralement de le signaler oralement afin de ne pas affecter négativement l’atmosphère de la vente.

Les lots retraités sont alors : — soit retourné à votre vendeur, — présenté lors d’une vente ultérieure (généralement à un prix inférieur), — qu’elles soient vendues « sans ordonnance » : une réforme de 2011 permet aux commissaires-priseurs de vendre à l’amiable des œuvres invendues si un acheteur se repent après la vente. Le prix d’achat correspond ensuite au « prix de retrait ».

8. COMMENT CONNAÎTRE LE CLASSEMENT D’UN ARTISTE ?

La plupart des maisons de vente publient des résultats de ventes détaillés sur leur site Web pendant quelques jours, mais les prix des enchères sont principalement communiqués aux bases de données Internet ou papier (Artprice, Akoun, Artnet, Artvalue…). Ces répertoires sont des outils essentiels pour déterminer la note officielle d’un artiste, mais leur accès est généralement payant. Avant d’acheter une œuvre aux enchères, il est conseillé de consulter le « classement » de l’auteur et de ne pas trop se fier aux prix facturés par les particuliers, les galeries d’art ou les antiquaires : ils sont généralement plus élevés que les prix obtenus lors de la vente aux enchères.

9. QUELS SONT LES ABUS LES PLUS RÉCURRENTS ?

De nombreux scandales ont secoué le marché des enchères ces dernières années, mais ces cas ne peuvent pas toucher tous les commissaires-priseurs. Il n’est pas inutile de vérifier la réputation d’un opérateur. ventes avant de lui faire confiance. Les forums et la presse spécialisée font souvent écho à des soupçons et des abus.

-> Parfois, l’utilisation de « bons de commande » est abusée (voir 4 ci-dessus) : le contenu du marteau a intérêt à vendre au meilleur prix, il peut artificiellement « pousser » la vente aux enchères pour accorder le lot au maximum stipulé dans le bon de commande, bien que personne d’autre ne démontre d’augmenter l’enchère. Pour cette raison, les passionnés les plus méfiants préfèrent enchérir pour eux-mêmes et ne jamais révéler trop d’enthousiasme à propos d’un emploi. Si vous avez des objets de valeur et que vous ne connaissez rien du marché de l’art, le moyen le plus sûr d’éviter une erreur ou un détournement d’un excellent article de récompense est de demander diverses compétences pour les comparer. Je suis à votre disposition pour vous conseiller sur vos actions en tant qu’acheteur ou vendeur, ou pour faire un inventaire en dehors de tout projet de vente. Pour un prix raisonnable, vous pouvez obtenir des informations précieuses sur la valeur de votre patrimoine mobile.

-> Les scandales qui ont contaminé l’hôtel Drouot étaient le fait des « commissaires », c’est-à-dire des transporteurs chargés de vider les appartements des vendeurs. Si la société contrevenante a depuis été démantelée, il est toujours nécessaire de disposer de la liste la plus complète des articles en confiance en vente, surtout au moment de la collecte. Il s’agit d’une obligation pour l’opérateur d’enchères (voir le code de déontologie ci-dessous).

10. QUELS SONT LES REMÈDES ?

Si vous avez des preuves tangibles d’abus, vous devez en informer le Public Auction Furniture Voluntary Sales Board (CVV), qui est l’organe de surveillance des opérateurs de vente et qui peut mener à des procédures disciplinaires contre eux. Si vous envisagez un processus de litige, vous trouverez sur cette page les conditions d’action nulle ou responsabilité.

Show Buttons
Hide Buttons